Rachmaninov | Les autorités russes souhaitent que le grand compositeur repose dans sa région natale de Novgorod


Les morts des blancs oublient le pays de leur naissance 
quand ils s’en vont pour cheminer sous les étoiles.

2015/08/20 Le Figaro : Les autorités russes souhaitent que le grand compositeur repose dans sa région natale de Novgorod, dans le nord-ouest de la Russie. Les descendants du musicien s'opposent au transfert de ses restes.

Nouvel épisode dans la course au patriotisme culturel dans laquelle s'est lancée la Russie. Après l'appel de Dimitri Medvedev aux metteurs en scène russes, il y a deux jours, pour qu'ils réalisent plus de films originaux centrés sur l'histoire de leur pays, Moscou cherche maintenant à rapatrier les restes du compositeur Sergueï Rachmaninov inhumé en 1943 aux États-Unis. Mais les autorités russes se heurtent à l'opposition des descendants du grand compositeur qui avait fui son pays natal après la révolution bolchévique.

C'est dans la région de Novgorod, dans le nord-ouest de la Russie, où Rachmaninov avait passé les premières années de sa vie, que M. Medinski propose de l'inhumer. Un vice-gouverneur de la région, Alexandre Smirnov, a affirmé, selon l'agence de presse TASS, que des diplomates russes étaient déjà en négociations officieuses avec la partie américaine.

Mais pour parler d'un éventuel rapatriement du compositeur, qui repose aux États-Unis aux côtés de son épouse et sa fille, «il faut avant tout obtenir l'autorisation de ses descendants», insiste-t-il, en appelant à ne pas se lancer dans des «spéculations» politiques. «Nous n'envisageons pas d'aller contre sa volonté», a déclaré à la BBC l'une de ses arrière-petites-filles, Susan Wanamaker, en affirmant que le musicien avait indiqué dans son testament vouloir être inhumé à New York. 

En attendant, que les Grands de ce monde  trouvent  une solution à cette histoire "tragi-comique", écoutons plutôt Hélène Grimaud interprété le concerto pour piano n°2 de Rachmaninov   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Libellés

Abbado Claudio Ananiashvili Nina Andersen Apollinaire Guillaume Argerich Martha Arrau Claudio Art on Ice Bach Johann Sebastian Baratashvili Nikoloz Barber Samuel Bardot Brigitte Barenboim Daniel Bécaud Gilbert Beethoven Ludwig van Béjart Maurice Bellucci Giovanni Bernstein Leonard Bosc Adrien Brahms Johannes Brel Jacques Buniatishvili Khatia Callas Maria Chopin Frédéric Chostakovitch Dmitri Crespin Régine Critique Debussy Domingo Placido Don Giovanni Drdla František Drdla DVD Dvořák Antonín Einstein Albert Elman Mischa Fauré Gabriel Folon Jean-Michel Gade Jacob Gainsbourg Serge Gitlis Ivry Gluck Christoph Willibald Goldsein Alon Gonzalez Peña Veronica Grieg Edvard Grimaud Hélène Handel Hanks Tom Holberg Ludvig Horowitz Vladimir Hugo Victor Hummel Jacques Offenbach Janácek Leos Johann Nepomuk Juilliard School Karajan Herbert von Kipling Rudyard La Bruyère Laskine Lily Le Cygne Le Parrain III Lehár Franz Liszt Franz Livre Marcello Alessandro Mascagni Pietro Massenet Jules Mendelssohn Felix Menuhin Yehudi Mozart Musique classique et cinéma Neveu Ginette Nicolas d’Estienne d’Orves Nietzsche Nocturne Nordmann Marielle Opéra Oustrac Stéphanie d' Pachelbel Johann Paganini Niccolò Parish Alvars Elias Paroles Perlman Itzhak Philadelphia Pixis Johann Peter Poe Edgar Allan Pouchkine Alexandre Poulenc Francis Prihoda Vasa Prokofiev Sergueï Proust Marcel Puccini Giacomo Rachmaninov Sergueï Ralph Vaughan Williams Rampling Charlotte Ravel Maurice Rubinstein Arthur Saint-Saëns Camille Schaeffer Valérie Schubert Franz Seignolle Claude Stiegler Thierry Sting Šubrtová Milada Sulic Luka Sully Prudhomme Tango Jalousie Tchaïkovski Piotr Ilitch Tolstoï Léon Verlaine Paul Violon Wild Earl

France Musique