Elias Parish Alvars la synthèse parfaite de l'artiste romantique et du héros


Cantiques des Colonnes - Paul Valéry (Extrait)

Pieusement pareilles,
Le nez sous le bandeau
Et nos riches oreilles
Sourdes au blanc fardeau,
Un temple sur les yeux
Noirs pour l’éternité,
Nous allons sans les dieux
À la divinité!
Nos antiques jeunesses,
Chair mate et belles ombres,
Sont fières des finesses
Qui naissent par les nombres!
 Filles des nombres d’or,
Fortes des lois du ciel,
Sur nous tombe et s’endort
Un dieu couleur de miel.

Elias Parish Alvars, (1808 - 1849) est un harpiste britannique virtuose. Une présentation de Parish Alvars est une tâche vaste et complexe. Le premier problème est sa personnalité: ses voyages ont été entièrement rapportés par la presse de l'époque, mais, en utilisant des noms fictifs afin de créer son propre personnage, Elias Parish (également connu sous le nom Albert Alvars ou Elias Parish Alvars), a réussi à cacher un grand nombre aspects de sa vie. Une autre question complexe est la période historique dans laquelle notre protagoniste a vécu: des années pleines de changements sociaux et politiques, avec des répercussions évidentes sur le domaine artistique. Alors que dans les siècles précédents un musicien était au service d'un seigneur, maintenant l'artiste est le maître de sa propre créativité et peut promouvoir ses propres œuvres et ses idées. Le troisième changement, d'une importance fondamentale, est la naissance de la harpe moderne. Ces éléments, ainsi que l'ambition de Parish Alvars, la curiosité, l'amour du luxe et de l'aventure, ont permis à l'humble garçon du Devonshire de briller, comme un feu d'artifice, dans le panorama musical européen. Il représentait la synthèse parfaite de l'artiste romantique et du héros, comme seuls Liszt et Byron l'on été. Traduction Patrick Clot
.
Concertino pour harpe, piano et orchestre en ré mineur avec Marielle Nordmann
:.
Franc-Maçonnerie , poésie maçonnique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Libellés

Abbado Claudio Ananiashvili Nina Andersen Apollinaire Guillaume Argerich Martha Arrau Claudio Art on Ice Bach Johann Sebastian Baratashvili Nikoloz Barber Samuel Bardot Brigitte Barenboim Daniel Bécaud Gilbert Beethoven Ludwig van Béjart Maurice Bellucci Giovanni Bernstein Leonard Bosc Adrien Brahms Johannes Brel Jacques Buniatishvili Khatia Callas Maria Chopin Frédéric Chostakovitch Dmitri Crespin Régine Critique Debussy Domingo Placido Don Giovanni Drdla František Drdla DVD Dvořák Antonín Einstein Albert Elman Mischa Fauré Gabriel Folon Jean-Michel Gade Jacob Gainsbourg Serge Gitlis Ivry Gluck Christoph Willibald Goldsein Alon Gonzalez Peña Veronica Grieg Edvard Grimaud Hélène Handel Hanks Tom Holberg Ludvig Horowitz Vladimir Hugo Victor Hummel Jacques Offenbach Janácek Leos Johann Nepomuk Juilliard School Karajan Herbert von Kipling Rudyard La Bruyère Laskine Lily Le Cygne Le Parrain III Lehár Franz Liszt Franz Livre Marcello Alessandro Mascagni Pietro Massenet Jules Mendelssohn Felix Menuhin Yehudi Mozart Musique classique et cinéma Neveu Ginette Nicolas d’Estienne d’Orves Nietzsche Nocturne Nordmann Marielle Opéra Oustrac Stéphanie d' Pachelbel Johann Paganini Niccolò Parish Alvars Elias Paroles Perlman Itzhak Philadelphia Pixis Johann Peter Poe Edgar Allan Pouchkine Alexandre Poulenc Francis Prihoda Vasa Prokofiev Sergueï Proust Marcel Puccini Giacomo Rachmaninov Sergueï Ralph Vaughan Williams Rampling Charlotte Ravel Maurice Rubinstein Arthur Saint-Saëns Camille Schaeffer Valérie Schubert Franz Seignolle Claude Stiegler Thierry Sting Šubrtová Milada Sulic Luka Sully Prudhomme Tango Jalousie Tchaïkovski Piotr Ilitch Tolstoï Léon Verlaine Paul Violon Wild Earl

France Musique