CHOPIN VALSE EN LA MINEUR n°19 , LA VALSE DE LA RUPTURE AVEC GEORGE SAND ?

George Sand et Frédéric Chopin par Delacroix
Le Portrait inachevé de Frédéric Chopin et George Sand date de 1838 . À l'origine c'était un double portrait, qui a été plus tard coupé en deux ; les deux portraits ont été , par la suite,  vendus séparément.  Symboliquement Le Portrait inachevé   peut représenter leur rencontre en 1838 et leur séparation...


"L’année 1847 avait été triplement néfaste à son cœur. Trois mots la résument : luttes, tortures, ruptures ; et les trois acteurs de ce drame intime s’appellent Solange, Clésinger, Chopin. La fille, le gendre, l’ami d’hier passé au camp ennemi, tels sont les trois adversaires avec lesquels George Sand eut simultanément à compter. Le mariage de Solange fut le point de départ de ces diverses hostilités. Et, de ces tristes débats, peu de témoignages aujourd’hui survivent. Chose pire ; ceux qui ont survécu semblaient jusqu’ici accuser George Sand/Solange, dans ses lettres à Mme Bascans, se plaint que sa mère ait manqué de cœur envers elle. Dans ses lettres à Chopin, elle précise, détaille et aggrave ; de vilaines questions d’argent brochent sur le tout. Chopin, de son côté, écrivant à sa famille, présente son « hôtesse, » aussitôt après la rupture, sous le jour le plus déplaisant . Si bien que, à en juger sur ces seuls indices, on a pu porter de très bonne foi sur George Sand un jugement défavorable. Mais ce ne sont là que des apparences. Le caractère de George Sand ne s’est pas plus démenti à l’occasion du mariage de sa fille qu’en toute autre conjoncture grave de sa vie. Seulement les circonstances de la rupture avec Chopin, comme celles mêmes du mariage de Solange, n’ont jamais été jusqu’ici bien connues." Samuel Rocheblave
.
La valse en la mineur, B. 150, KK IVb / 11, P. 2/11, souvent désignée sous le N ° 19, a été écrite dans ces circonstances , une douloureuse rupture avec George Sand . Mais par moments , il émerge de cette  valse une  grande tristesse  tout en laissant entrevoir  le bonheur et l'espoir.

Elle fut composée par  entre 1843 et 1848, mais n'a été publiée qu'en 1955, plus de 100 ans après .  La partition  a été offerte par la famille Rothschild au Conservatoire de Paris .



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Libellés

Abbado Claudio Ananiashvili Nina Andersen Apollinaire Guillaume Argerich Martha Arrau Claudio Art on Ice Bach Johann Sebastian Baratashvili Nikoloz Barber Samuel Bardot Brigitte Barenboim Daniel Bécaud Gilbert Beethoven Ludwig van Béjart Maurice Bellucci Giovanni Bernstein Leonard Bosc Adrien Brahms Johannes Brel Jacques Buniatishvili Khatia Callas Maria Chopin Frédéric Chostakovitch Dmitri Crespin Régine Critique Debussy Domingo Placido Don Giovanni Drdla František Drdla DVD Dvořák Antonín Einstein Albert Elman Mischa Fauré Gabriel Folon Jean-Michel Gade Jacob Gainsbourg Serge Gitlis Ivry Gluck Christoph Willibald Goldsein Alon Gonzalez Peña Veronica Grieg Edvard Grimaud Hélène Handel Hanks Tom Holberg Ludvig Horowitz Vladimir Hugo Victor Hummel Jacques Offenbach Janácek Leos Johann Nepomuk Juilliard School Karajan Herbert von Kipling Rudyard La Bruyère Laskine Lily Le Cygne Le Parrain III Lehár Franz Liszt Franz Livre Marcello Alessandro Mascagni Pietro Massenet Jules Mendelssohn Felix Menuhin Yehudi Mozart Musique classique et cinéma Neveu Ginette Nicolas d’Estienne d’Orves Nietzsche Nocturne Nordmann Marielle Opéra Oustrac Stéphanie d' Pachelbel Johann Paganini Niccolò Parish Alvars Elias Paroles Perlman Itzhak Philadelphia Pixis Johann Peter Poe Edgar Allan Pouchkine Alexandre Poulenc Francis Prihoda Vasa Prokofiev Sergueï Proust Marcel Puccini Giacomo Rachmaninov Sergueï Ralph Vaughan Williams Rampling Charlotte Ravel Maurice Rubinstein Arthur Saint-Saëns Camille Schaeffer Valérie Schubert Franz Seignolle Claude Stiegler Thierry Sting Šubrtová Milada Sulic Luka Sully Prudhomme Tango Jalousie Tchaïkovski Piotr Ilitch Tolstoï Léon Verlaine Paul Violon Wild Earl

France Musique