Requiem de Mozart : Je crains de composer ce requiem pour moi-même

"I fear I'm writing a Requiem for Myself " 
je crains de composer ce
requiem pour moi-même
W.A. Mozart

Dites, j'ai écrit une autobiographie, donné mon dernier concert, et tous vos fans vont être en émoi comme si vous présentiez votre propre fin.

Pour Mozart, la commande de ce Requiem le rendait joyeux, il pouvait enfin payer ses dettes, rendre sa famille heureuse... Mais il ne savait pas que se serait sa dernière œuvre inachevée de son vivant. Il ne savait pas mais il en avait le pressentiment.

Mozart a eu des problèmes de santé tout au long de sa vie, souffrant de la variole, d'angine, de bronchite, de pneumonie, de la fièvre typhoïde, de rhumatisme. 

Sa dernière maladie a commencé à Prague en 1791 alors qu'il supervisait son nouvel opéra la "Clémence de Titus", si tout allait bien professionnellement, Niemetschek (1766-1849) l'auteur de la première biographie complète de Mozart écrivait :  il était pâle et d'expression était triste.

La disparition de Mozart a  nourri l'imagination  d'écrivain, de réalisateur, les plus connus d'entre eux sont  Milos Forman  avec son film Amadeus (1984), Christian  Jacq avec ses quatre livres romancés sur la vie de Mozart : Mozart le Magicien, Le Fils de la Lumière, le Frère du Feu, l'Aimé d'Isis. Dans le film on voit un Mozart tué lentement par Antonio Salieri et dans les romans de Christian Jacq, un complot visant à l'éliminer...

Mozart était franc-maçon, il a composé une "Marche funèbre" parmi d'autres musiques maçonniques, un "opéra", la Flûte enchantée qu'il dirigera pour la première et la dernière fois le 30 septembre 1791. Cet opéra aurait mis en colère certains membres de la Confrérie mais surtout la police qui luttait contre la franc-maçonnerie et les idées qu'elle véhiculait c'est-à-dire les idées de la Révolution française.

La réalité semble plus simple de retour de Prague, Mozart va de plus en plus mal, il souffre terriblement et est en proie à une dépression, lors d'une promenade en carrosse dans "le Parc du Prater" (un parc de divertissement à Vienne), il dira à son épouse Constance : " Je ne me sens vraiment pas bien, je pense que je ne n'en ai plus pour longtemps, je suis sûr d'avoir été empoisonné, je ne peux me débarrasser de cette idée".

De plus en plus affaibli par le médecin qui pratique des saignées, Constance va lui remonter le moral et changer l'emploi du temps de Mozart, elle le persuadera de retarder l'écriture du Requiem, il composera une "cantate maçonnique" ( K. 623), jouée le 18 novembre  1791, revigoré par son succès, il dit à son épouse : Oui, je vois que j'étais malade d'avoir eu une telle idée aussi absurde d'avoir eu l'idée d'être empoisonné, tu me redonnes l'envie de m'atteler au Requiem, je vais aller de l'avant."

Le Requiem a été commandé par Franz de Walsegg, celui-ci avait versé un substantiel acompte à Mozart, et comme je l'ai écrit cette somme d'argent lui a permis de remettre à flot les finances domestiques. Malheureusement le 20 novembre 1791, l'état de Mozart s'aggrave, il commence à enfler, à ressentir des douleurs et vomir. C'est dans cette souffrance qu'il entamera la composition du Requiem....

Il en écrit les grandes lignes, il écrit lui-même les deux-tiers de l’œuvre puis décédera le 5 décembre 1791. Sa veuve, Constance, pour pouvoir honorer malgré tout la commande et ne pas avoir à rembourser l´avance octroyée lors de la commande, d´une part, et réhabiliter la mémoire de son mari en vue d´obtenir une pension impériale d´autre part, demanda à Joseph Eybler, puis à Franz Xaver Süssmayr de compléter la partition.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Libellés

Abbado Claudio Ananiashvili Nina Andersen Apollinaire Guillaume Argerich Martha Arrau Claudio Art on Ice Bach Johann Sebastian Baratashvili Nikoloz Barber Samuel Bardot Brigitte Barenboim Daniel Bécaud Gilbert Beethoven Ludwig van Béjart Maurice Bellucci Giovanni Bernstein Leonard Bosc Adrien Brahms Johannes Brel Jacques Buniatishvili Khatia Callas Maria Chopin Frédéric Chostakovitch Dmitri Crespin Régine Critique Debussy Domingo Placido Don Giovanni Drdla František Drdla DVD Dvořák Antonín Einstein Albert Elman Mischa Fauré Gabriel Folon Jean-Michel Gade Jacob Gainsbourg Serge Gitlis Ivry Gluck Christoph Willibald Goldsein Alon Gonzalez Peña Veronica Grieg Edvard Grimaud Hélène Handel Hanks Tom Holberg Ludvig Horowitz Vladimir Hugo Victor Hummel Jacques Offenbach Janácek Leos Johann Nepomuk Juilliard School Karajan Herbert von Kipling Rudyard La Bruyère Laskine Lily Le Cygne Le Parrain III Lehár Franz Liszt Franz Livre Marcello Alessandro Mascagni Pietro Massenet Jules Mendelssohn Felix Menuhin Yehudi Mozart Musique classique et cinéma Neveu Ginette Nicolas d’Estienne d’Orves Nietzsche Nocturne Nordmann Marielle Opéra Oustrac Stéphanie d' Pachelbel Johann Paganini Niccolò Parish Alvars Elias Paroles Perlman Itzhak Philadelphia Pixis Johann Peter Poe Edgar Allan Pouchkine Alexandre Poulenc Francis Prihoda Vasa Prokofiev Sergueï Proust Marcel Puccini Giacomo Rachmaninov Sergueï Ralph Vaughan Williams Rampling Charlotte Ravel Maurice Rubinstein Arthur Saint-Saëns Camille Schaeffer Valérie Schubert Franz Seignolle Claude Stiegler Thierry Sting Šubrtová Milada Sulic Luka Sully Prudhomme Tango Jalousie Tchaïkovski Piotr Ilitch Tolstoï Léon Verlaine Paul Violon Wild Earl

France Musique